Exploration de la définition et de la nature des incendies dévastateurs : qu’est-ce qu’un incendie de forêt ?

Introduction

Les incendies de forêt, force impressionnante de la nature, captivent l’humanité depuis des siècles. Dans cet article, nous nous pencherons sur les subtilités de ces incendies, en décrivant leur essence, leurs causes et leur impact sur notre environnement. Cet article tentera de répondre à la question fondamentale : qu’est-ce qu’un feu de forêt ?

Le National Geographic définit les feux de forêt comme des incendies incontrôlés qui brûlent dans la végétation sauvage, souvent dans les zones rurales. Ils peuvent brûler dans les forêts, les prairies et d’autres écosystèmes et font partie de la vie sur Terre depuis des centaines de millions d’années.

Les incendies de forêt consomment des combustibles naturels et leur propagation est souvent influencée par des facteurs environnementaux tels que la vitesse du vent et la topographie. Bien qu’il existe des points chauds pour les incendies de forêt, il ne s’agit pas d’un phénomène spécifique à une région ou à un climat particulier, mais d’un problème environnemental, sociétal et économique important qui ne fait que s’aggraver.

Bien que ces incendies puissent être déclenchés naturellement à la suite d’événements tels que la foudre, jusqu’à 85 % des incendies de forêt sont provoqués par l’homme. Une petite partie des incendies ruraux sont des brûlages contrôlés ou prescrits, qui peuvent parfois être bénéfiques. Il n’en reste pas moins que la grande majorité des incendies sont provoqués par l’homme et peuvent s’avérer dévastateurs.

Dans des endroits comme la Californie et l’Australie, les incendies de forêt sont un phénomène annuel. Ces régions connaissent souvent des étés chauds avec peu de précipitations et d’humidité, suivis d’automnes secs après la fin de la saison humide. Cette combinaison de végétation sèche et de faibles précipitations fait de ces régions des lieux privilégiés pour les incendies de forêt massifs. Le changement climatique ne fait qu’aggraver la situation, les températures plus chaudes modifiant les conditions météorologiques et augmentant la fréquence et la gravité des incendies.

Avant d’examiner plus en détail les incendies de forêt, nous allons nous pencher sur quelques définitions, notamment sur la manière dont ils ont tendance à se déclencher et sur ce qui les rend si dangereux pour la société.

Types d’incendies

Les trois types d’incendies de forêt sont les incendies de surface, les incendies de sol et les incendies de cime. Les incendies de surface brûlent la couche supérieure des plantes mortes et des débris. Ils brûlent également une partie ou la totalité des plantes qui poussent sous les arbres. Le sous-étage est le niveau de végétation sous-jacent, tel que les semis, les gaules et les arbustes du sous-étage.

Les incendies de surface se déplacent rapidement dans une zone et peuvent atteindre une vitesse de 14 miles par heure. Cependant, l’humidité du sol empêche souvent l’inflammation de la couche d’humus, protégeant ainsi le sol et les organismes qui s’y trouvent.

Les incendies de sol peuvent être plus dommageables car ils peuvent consumer la totalité ou la majeure partie de la couverture organique d’une zone. Ces incendies sont typiques des périodes de sécheresse sévère et prolongée, lorsque toute la couche organique se dessèche. Bien qu’ils se déplacent plus lentement que les feux de surface, ils peuvent brûler pendant des semaines, voire des mois, et ne s’arrêtent souvent que lorsqu’ils sont éteints ou que toutes les sources de combustible sont épuisées.

Les feux de couronne se produisent à l’intérieur des couronnes des arbres eux-mêmes et peuvent souvent se propager d’un arbre à l’autre. Ils sont souvent déclenchés par des incendies de surface ou des incendies au sol qui atteignent des zones boisées. Comme on peut s’y attendre, ces incendies se produisent dans les forêts et sont plus susceptibles de s’enflammer et de se propager pendant les périodes de sécheresse et de faible humidité relative. Les sous-bois denses et volatiles peuvent aggraver la propagation et l’intensité des incendies de forêt.

Définitions des incendies de forêt – Quelle est la différence ? Qu’est-ce qu’un feu de forêt ?

Il existe de nombreuses façons de désigner les incendies incontrôlés. Les mentions d’incendies de forêt, de feux d’herbe et de feux de brousse sont courantes, mais y a-t-il des différences entre elles ? D’autres termes utilisés pour désigner les feux de forêt de manière plus générale incluent les feux de broussailles et les feux de forêt. Cette image est souvent compliquée par le fait que de nombreuses agences et publications utilisent ces termes de manière interchangeable.

Lorsqu’elles existent, les différences terminologiques sont souvent liées au type de combustible brûlé, et donc à l’endroit où se produisent les incendies de forêt. Le terme « feux de forêt » est souvent utilisé comme un terme fourre-tout pour les types d’incendies mentionnés ci-dessous :

Incendies de forêt

Les feux de forêt sont de grands incendies imprévisibles qui se produisent dans les forêts, les zones boisées et les zones arbustives. Les feux de forêt peuvent être classés en feux de faible intensité, feux d’intensité modérée ou feux d’intensité élevée.

  • Les incendies de faible intensité démarrent et se propagent lentement avec peu de fumée. Ils ne tuent généralement pas les arbres adultes, mais peuvent tuer les jeunes arbres et les arbustes. Il est préférable de laisser les incendies de faible intensité s’éteindre naturellement, car ils peuvent contribuer à préserver la santé de la forêt. Les brûlages dirigés imitent les incendies de faible intensité et sont utilisés pour préserver de nombreux écosystèmes.
  • Les incendies d’intensité modérée produisent plus de fumée et des températures plus élevées que les incendies de faible intensité. Ils peuvent tuer les arbres et endommager la forêt. Les arbres qui survivent aux incendies d’intensité modérée peuvent être sérieusement affaiblis et risquent davantage d’être renversés par des vents violents.
  • Les incendies de forte intensité sont les types d’incendies de forêt les plus dangereux et les plus dommageables. Ils produisent beaucoup de fumée et sont difficiles à maîtriser. Ils tuent les arbres adultes et peuvent détruire toute la forêt. Les incendies de forte intensité peuvent également tuer la faune et les animaux environnants, y compris le bétail et les animaux sauvages tels que les oiseaux, les reptiles et les amphibiens.
Feux d’herbe

Les feux d’herbe sont des incendies qui se développent dans les prairies, les savanes et d’autres zones ouvertes. Ils peuvent également se produire dans les zones agricoles et peuvent rapidement consumer les cultures telles que le maïs, le riz, le blé et l’orge. Ils peuvent brûler pendant de longues périodes, en particulier dans les régions où les températures sont élevées et les précipitations faibles.

Les feux d’herbe peuvent devenir plus dangereux pendant les périodes de sécheresse, lorsque les précipitations sont faibles. L’herbe étant un combustible fin, les feux d’herbe brûlent souvent plus vite que les feux de forêt ou les feux de brousse. Les incendies qui détruisent les prairies et les cultures peuvent réduire la quantité de nourriture disponible pour les animaux qui paissent, ce qui a de graves répercussions sur la chaîne alimentaire.

Feux de brousse

Les feux de brousse sont des incendies sauvages qui se produisent dans le bush, terme qui désigne (le plus souvent en Australie) une zone de terre sauvage. Les feux de brousse se déplacent généralement plus lentement que les autres types de feux, mais ils dégagent plus de chaleur.

Comme les feux de forêt, les feux de brousse peuvent se propager très rapidement et détruire de vastes étendues de terre.

Comment se déclenchent les incendies de forêt ?

Les incendies peuvent être déclenchés par tout ce qui peut s’enflammer, y compris des lignes électriques tombées au sol ou des étincelles provenant de machines, de feux de camp ou de cigarettes. Les risques de déclenchement et de propagation des incendies sont liés à trois facteurs principaux, qui forment ensemble le triangle du feu :

  • Beaucoup de combustible sec à brûler (herbe, feuilles, branches et autres matières organiques)
  • De la chaleur pour s’enflammer et brûler
  • De l’oxygène dans l’air

 

Lorsqu’il s’agit d’incendies de forêt d’origine naturelle, le principal responsable est généralement la foudre, qui génère de la chaleur et provoque l’allumage du feu. Certaines régions sont particulièrement sujettes à ce type d’incendies, comme la Colombie-Britannique au Canada, où la foudre est responsable de 60 % des incendies de forêt.

L’incendie dévastateur de la région de la baie de 2020, qui a détruit 5 millions d’hectares de terres, plus de 10 000 structures et tué 33 personnes, a également été déclenché par des orages.

Les recherches suggèrent que jusqu’à 85 % des incendies de forêt aux États-Unis sont causés par l’homme, que ce soit de manière intentionnelle ou non. Les incendies de forêt d’origine humaine aux États-Unis ont triplé la durée de la saison des incendies dans la région entre 1992 et 2012, passant de 46 à 154 jours.

Les causes les plus courantes des incendies de forêt sont les feux de camp et de débris non surveillés, les cigarettes jetées et les incendies criminels.

Impact des incendies de forêt

Les incendies de forêt peuvent causer des dommages catastrophiques aux biens, aux moyens de subsistance et à la santé humaine. Selon la National Oceanic and Atmospheric Administration des États-Unis, entre 1980 et 2021, les États-Unis ont connu 20 incendies de forêt qui ont causé plus d’un milliard de dollars de dégâts, dont 16 depuis 2000.

Les États-Unis dépensent chaque année des milliards de dollars pour lutter contre les incendies de forêt. Rien qu’en 2020, ils ont dépensé 2,6 milliards de dollars. Et les dégâts sont loin d’être purement financiers : plus de 1 000 pompiers sont morts en luttant contre les incendies de forêt aux États-Unis depuis 1910.

Autre statistique étonnante : les incendies de forêt représentent à eux seuls 20 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre. C’est plus que l’ensemble des émissions liées au transport en commun dans le monde.

Même les communautés éloignées des lieux où les incendies font rage n’échappent pas à leurs effets délétères. La fumée et les émanations des incendies de forêt ont été directement liées à des conséquences sanitaires et à des coûts sociétaux importants, tels que les admissions à l’hôpital et les décès liés à l’insuffisance respiratoire.

L’une des raisons pour lesquelles les incendies de forêt sont si destructeurs et effrayants est qu’ils peuvent se propager très rapidement, parfois à une vitesse de 14,29 miles par heure ou plus. Ce n’est pas un hasard si l’expression « spread like wildfire » est devenue une expression idiomatique dans les pays anglophones. Lorsqu’un feu de forêt commence à faire rage, il est généralement trop tard pour sauver ce qui se trouve sur son chemin. Outre leur vitesse terrifiante, les incendies de forêt sont notoirement difficiles à prévoir.

Si l’effet le plus évident d’un incendie de forêt est d’endommager les forêts, les infrastructures et les bâtiments, les incendies de forêt peuvent également avoir un impact sur le climat. Les forêts comptent parmi les meilleurs réservoirs et piégeurs de carbone au monde. Lorsqu’elles brûlent, elles libèrent immédiatement d’innombrables tonnes de dioxyde de carbone dans l’atmosphère. Ce phénomène contribue à son tour au réchauffement de la planète, créant un cercle vicieux de multiplication des incendies et de réchauffement de la planète.

Atténuer le risque d’incendie de forêt grâce à la technologie de détection précoce

Face à l’aggravation de la crise des incendies de forêt, les solutions innovantes visant à détecter rapidement les feux de forêt sont de plus en plus nombreuses. Ces solutions s’appuient sur un éventail de technologies différentes, allant de la télédétection à l’imagerie satellitaire infrarouge. La solution proposée par Dryad est un réseau maillé solaire de capteurs intégrés à l’intelligence artificielle, capable de détecter un incendie en quelques minutes. C’est-à-dire souvent pendant la phase initiale de combustion lente, avant qu’un feu de forêt n’ait une chance de devenir incontrôlable.

Silvanet de Dryad est une solution révolutionnaire au problème de la détection des incendies de forêt. En exploitant la puissance du soleil, ces capteurs peuvent fonctionner en continu, assurant ainsi une surveillance permanente des zones vulnérables. Cette technologie est non seulement efficace, mais aussi rentable, ce qui la rend accessible aux organisations de toutes tailles.

Les capteurs intégrés à l’IA sont conçus pour détecter les moindres signes d’un incendie, ce qui permet d’intervenir rapidement et de prévenir la propagation des feux de forêt. En détectant les incendies pendant la phase initiale de combustion lente, avant qu’ils n’aient une chance de s’aggraver, le réseau de Dryad offre une fenêtre d’opportunité cruciale aux pompiers pour qu’ils puissent réagir rapidement et efficacement.

Outre ses capacités de détection rapide, le réseau Dryad se distingue par une précision impressionnante. Les algorithmes d’IA analysent en permanence les données des capteurs, faisant la distinction entre les phénomènes naturels et les menaces d’incendie potentielles. Les fausses alarmes sont ainsi réduites au minimum, ce qui permet aux services d’urgence de concentrer leurs ressources là où elles sont vraiment nécessaires.

En outre, le système Dryad n’est pas limité à un seul point de détection. Le réseau maillé permet une large zone de couverture, garantissant qu’aucun incendie potentiel ne passe inaperçu. Cette approche globale est particulièrement précieuse dans les zones de végétation dense ou de terrain difficile, où les méthodes de détection traditionnelles peuvent s’avérer insuffisantes.

On ne saurait trop insister sur l’importance d’une détection précoce des incendies de forêt. Elle permet non seulement de sauver des vies, mais aussi de protéger les habitations, la faune et l’environnement. En fournissant une solution fiable et efficace, le réseau de Dryad permet aux communautés de prendre des mesures proactives pour prévenir les conséquences dévastatrices des incendies de forêt.

Le réseau maillé de Dryad, alimenté par l’énergie solaire et composé de capteurs intégrés à l’intelligence artificielle, change la donne en matière de détection des incendies de forêt. Sa capacité à détecter les incendies en quelques minutes, associée à sa précision et à sa large couverture, en fait un outil inestimable dans la lutte contre les feux de forêt. Avec cette technologie à notre disposition, nous pouvons réduire considérablement les dommages causés par ces catastrophes naturelles et assurer la sécurité de nos communautés.

Conclusion

L’impact de ces incendies va au-delà de la destruction des forêts et des infrastructures, atteignant les domaines de la santé publique, de la dévastation de la faune et du changement climatique. Après avoir exploré la nature des incendies de forêt, leurs causes et les défis qu’ils posent, il apparaît clairement que des mesures proactives sont essentielles pour atténuer leurs effets dévastateurs.

Face à la menace croissante des incendies de forêt, il est impératif que nous adoptions des mesures proactives et que nous tirions parti des avancées technologiques pour protéger notre environnement et assurer la sécurité de nos communautés.

En mettant en œuvre des systèmes de détection précoce tels que le réseau Dryad, nous pouvons faire des progrès considérables pour atténuer les risques posés par les incendies de forêt, préserver nos écosystèmes et sauvegarder des vies et des moyens de subsistance. Ensemble, restons unis dans la lutte contre les incendies de forêt et œuvrons pour un avenir où ces forces destructrices seront maîtrisées.

Partagez cet article :
News

Plus d'articles

Pour en savoir plus sur les techniques de prévention des incendies et la surveillance de la santé des forêts, consultez notre blog. Abonnez-vous à notre lettre d'information pour ne jamais manquer un nouvel article.